Médecine générale

Ce n’est pas très facile de donner une définition exhaustive de cette profession. En effet les champs de compétences sur lesquels elle s’applique, mais aussi les modes d’exercice de ceux qui la pratiquent rendent compte d’une diversité sans pareille au sein des diverses spécialités médicales. C’est souvent une richesse sur le plan humain, mais un véritable casse tête pour ceux qui tentent aujourd’hui d’en homogénéiser les pratiques…

La médecine générale est la branche de la médecine prenant en charge le suivi durable et les soins médicaux généraux d’une communauté, sans se limiter à des groupes de maladies relevant d’un organe, d’un âge, ou d’un sexe particulier. Le médecin généraliste est donc le spécialiste de la santé assurant le suivi, la prévention, les soins et le traitement des malades de sa collectivité, dans une vision à long terme de la santé et du bien-être de ceux qui le consultent. Sa surface de prise en charge est horizontale, là où les autres spécialités exercent plus dans la verticalité d’un problème médical.

La médecine générale s’occupe essentiellement de la prévention (hygiène, vaccination), du diagnostic de première intention, de l’orientation du patient vers un spécialiste (s’il y a lieu), et des soins aigus de certaines affections ne justifiant pas, de façon systématique, le recours à un spécialiste comme les maladies infectieuses infantiles, certaines maladies de la peau, migraines, demande de contraception, suivi de grossesse, traumatismes bénins (entorses, plaies suturables, brûlures peu étendues), mais aussi et surtout du suivi régulier et de la surveillance de maladies longues ou chroniques (en dehors des consultations du spécialiste de suivi et lors d’épisodes aigus, de décompensations…) : diabète, angine de poitrine, cancers traités, insuffisance rénale, épilepsie…

Dans le cas d’affections graves recouvrant plusieurs spécialités (comme certains cancers), le médecin généraliste peut servir de lien entre le patient et les différentes équipes médicales, de coordinateur, permettant de gérer des contre-indications entre les traitements ; on a parlé (en France) de médecin référent, dans le cas où le patient demande à son médecin généraliste de devenir le pivot de son parcours dans le système de santé. Depuis 2005, on l’appelle médecin traitant.

Le médecin libéral étant proche de la population, il a un rôle privilégié d’écoute, de conseil et de prévention.

En savoir plus

 

Médecine générale

Philippe FAVIER

Médecin généraliste

Hervé HUMBERT

Médecin Généraliste

Mélanie REMOIVILLE

Médecin Généraliste

Denis AMBROISE

Médecin Généraliste