De la salle d’attente à la file d’attente : le demain du patient français ?

Toujours selon l’Indice européen 2008 des consommateurs de soins de santé, le sujet sensible de l’information des patients n’est pas non plus un succès français…

Toujours selon l’Indice européen 2008 des consommateurs de soins de santé, le sujet sensible de l’information des patients n’est pas non plus un succès français : certes une loi régit le droit des malades, l’accès à une seconde opinion est respecté et les médecins sont bien répertoriés, mais une assistance téléphonique 24h/24 est loin d’exister, tandis qu’en matière d’accès au dossier ou d’influence des associations de malades, des progrès restent à faire. Il faudrait s’inspirer des Pays-Bas et plus encore du Danemark pour améliorer ces différents indicateurs. Les importants délais d’attente ont par ailleurs été pointés du doigt par la société Health Consumer Powerhouse. Il faut dire qu’il est difficilement possible en France d’obtenir un IRM ou un scanner en moins de sept jours (contrairement à l’Autriche… mais aussi à l’Estonie ou la Hongrie !). Obtenir un rendez-vous chez son médecin de famille le jour même, l’accès rapide au spécialiste et une intervention non urgente en moins de 90 jours ne sont par ailleurs pas toujours la règle. Nous ne pouvons que nous féliciter d’offrir des traitements anti cancer en moins de 21 jours. Les délais d’attente sont à l’inverse très faibles en Allemagne (sauf pour l’accès systématique à l’IRM en moins de sept jours), au Luxembourg et en Suisse (sauf pour l’accès systématique au médecin de famille le jour même).